• Relations Presse
  • Laurence Margoline
  • Responsable de la Communication
  • 01 41 49 11 17
Mardi 17 octobre 2017 tagHR performance, tagRessources humaines

Conseil d’expert : comment réussir un projet SIRH ?

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Simplifier et optimiser la gestion des ressources humaines via leur digitalisation est devenu un enjeu prioritaire pour les entreprises. Mais cette transformation digitale, qui passe par l’implémentation d’un SIRH, engendre de nombreuses questions : comment ce nouvel outil va s’intégrer dans l’organisation de l’entreprise ? Comment choisir le bon prestataire ? Quels sont les besoins réels ? 

Les experts Ayming livrent 5 points essentiels à anticiper pour réussir cette étape clé dès que les objectifs sont clairement définis par la Direction :

1- Mettre en adéquation l’organisation de la fonction RH avec les objectifs fixés au nouveau Système d’Informations

Une des tendances de plus en plus présente dans les SIRH est la décentralisation des données RH vers les utilisateurs finaux, à savoir les salariés et les managers. Ils peuvent ainsi gérer directement sur les interfaces un grand nombre d’informations les concernant, comme les congés, les notes de frais ou les données administratives…

La remise à plat complète de l’organisation et des process de gestion administrative en amont du projet est nécessaire pour établir un organigramme hiérarchique et gérer la partie workflow du nouvel outil. Par exemple, la dématérialisation des dossiers du personnel implique une refonte des procédures internes de suivi des dossiers.

Cette étape est importante pour éviter des retards significatifs dans la mise en place du nouveau SIRH.


2- Comprendre ses besoins en modules

Le SIRH d’une entreprise s’ouvre de plus en plus vers la digitalisation des fonctions.

Aux modules classiques de Gestion administrative, Paie et GTA (gestion des temps et activités) s’ajoutent aujourd’hui des modules RH tels que la formation, le recrutement, la GPEC ou les différents entretiens.

Si on ajoute également les workflows collaboratifs, la dématérialisation, la gestion du contrôle de gestion sociale et le big data, nous avons une vue globale de l’offre de digitalisation de la fonction RH.

Dans le cahier des charges, il est donc indispensable de bien établir une hiérarchie des besoins de l’entreprise afin de pouvoir cibler les prestataires. L‘éditeur doit être choisi en fonction de son excellence dans les modules qui seront les plus importants. Ensuite, en fonction des spécificités souhaitées, deux options sont possibles : une suite avec des modules intégrés ou bien une suite avec différents outils  qui seront interfacés entre eux.

 

3- Choisir en amont entre mode de service SAAS ou interne

Aujourd’hui le SAAS est en fort développement compte tenu de la complexité de la législation. Néanmoins il est nécessaire d’en maîtriser les enjeux.

En effet, ce mode de service implique que les responsabilités soient reportées vers les éditeurs de solutions SIRH. Cela oblige donc les entreprises qui avaient l’habitude de gérer ce service en interne, à maîtriser ce changement tout en conservant la qualité. Il leur faudra donc isoler les composantes de réussite, suivies par des indicateurs clés (KPI) définis en amont (telles que la disponibilité de l’environnement dans le cas d’un SIRH info-géré).

Par ailleurs, la dimension technique de la mise en place d’un outil SIRH ne doit pas être sous-estimée. En effet, à l’heure où les salariés peuvent se connecter à leur application RH sur un smartphone pour pouvoir y faire une demande d’absence par exemple, la sécurité des SIRH devient un enjeu majeur.

 

4- Relativiser le ROI

La mise en place d’un nouveau SIRH va générer aussi bien des économies que des coûts.

Le fait que certaines actions RH basculent sur les utilisateurs finaux (les modifications administratives, changement d’adresse…) constitue indéniablement un véritable levier d’économies d’échelle.

Néanmoins, il faut prendre en compte les coûts relatifs aux outils, à la maintenance et à l’hébergement dans l’analyse de la performance globale de l’action SIRH au sein d’une entreprise.

 

5- S’organiser en mode projet

Enfin, déterminer des acteurs au sein de l’organisation qui pourront travailler en mode projet sans que cela n’impacte leurs activités quotidiennes.

Les responsables de pôles RH peuvent libérer une partie de leur temps pour le consacrer à la définition des besoins et à la recette du projet mais la mise en place d’une équipe AMOA (assistance à maitrise d’ouvrage) est nécessaire pour la relecture des études, de la recette (de la définition de la stratégie à l’exécution) et de l’accompagnement au changement, entre autres.

Il est en effet rarissime de voir des ressources internes capables d’absorber cette gestion de projet.

 

Arnaud Bansard, Directeur chez Ayming, commente : « La digitalisation de la gestion des RH est devenue un impératif pour les entreprises. Le potentiel d’économies et d’amélioration en efficacité que l’on peut réaliser grâce aux technologies d’automatisation est très important, les services RH s’emparent de cette opportunité pour améliorer leur performance et mettre à la disposition de leurs salariés des outils aussi performants et ergonomiques que ceux prévus pour leurs clients. Réussir l’implémentation de son SIRH est donc stratégique pour les Directions des ressources humaines.»

 

A propos d’Ayming

Ayming est un groupe international leader du conseil en Business Performance, né du rapprochement d’Alma Consulting Group et de Lowendalmasaï, implanté dans 16 pays : Allemagne, Belgique, Canada, Chine, Espagne, Etats-Unis, France, Hongrie, Grande-Bretagne, Japon, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Slovaquie. En 2016, le Groupe qui compte près de 1500 collaborateurs a réalisé un chiffre d’affaires de 164 M€.

Ayming apporte aux entreprises un accompagnement stratégique et opérationnel pour faire émerger et développer durablement leur performance globale, dans quatre grands domaines d’expertise : les Ressources Humaines, les Opérations, la Finance et l’Innovation. Les missions d’Ayming résident dans l’accompagnement de la prévention et la gestion des risques (sécuriser), l’optimisation des process, des organisations et des financements (accélérer), le développement des stratégies de croissance et la réallocation des ressources (anticiper).

Ayming est qualifié par l’Office Professionnel pour la Qualification des Conseils en Management, Membre du Syncost et de Consult’in France, certifié ISO 9001 par AFNOR Certification, membre de l’Association des Conseils en innovation (ACI), de la Commission de normalisation de l’AFNOR sur le Management de l’Innovation, de l’Association Technique Energie et Environnement (ATEE) et du Groupement des Professionnels des CEE (GPC2E).

www.ayming.fr

 


Contacts presse :

Ayming :

Laurence Margoline – Ayming

+33(0)1.41.49.11.17 – lmargoline@ayming.com

 

 

 

 

Mardi 17 octobre 2017 tagHR performance, tagRessources humaines
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Autres actualités
  • Vendredi 22 septembre 2017
    Déclaration Sociale Nominative : Fin de la tolérance [Lire le communiqué]
  • Jeudi 7 septembre 2017
    9ème Baromètre de l’Absentéisme® et de l’Engagement Ayming [Lire le communiqué]
  • Mardi 29 août 2017
    Paie et Déclaration Sociale Nominative : Ayming et Dhatim partenaires pour digitaliser la fonction paie des entreprises [Lire le communiqué]
  • Vendredi 9 juin 2017
    Réforme du code du travail : Répond-elle aux attentes des entreprises ? [Lire le communiqué]
  • Mardi 6 juin 2017
    Burn out : Déceler les premiers signes et adopter les bonnes pratiques - Conseils d’expert [Lire le communiqué]
Voir tous les communiqués