Mardi 9 mai 2017 tagAchats

Téléphonie d’entreprise : Comment anticiper la fin du Réseau Téléphonique Commuté

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Le Réseau Téléphonique Commuté, la téléphonie traditionnelle utilisée par 70% des entreprises françaises, est amené à disparaître à l’horizon 2021. Le compte à rebours a commencé, il n’y a pas de temps à perdre pour mettre en œuvre des solutions alternatives. Alors comment faire de cette évolution technologique une opportunité pour son entreprise ?

RTC : chronique d’une mort annoncée

 

En février 2016, l’ARCEP[1] a annoncé avoir « engagé des travaux multilatéraux dans la perspective de l'arrêt du Réseau Téléphonique Commuté (RTC) ». Dans la foulée, Orange, l’opérateur historique, a confirmé l’obsolescence des équipements du réseau et le désengagement progressif des équipementiers vis-à-vis de cette technologie. La fin de la téléphonie analogique et des accès numériques (RNIS[2]) est actée. À l’avenir, téléphones mais aussi fax, flux particuliers comme la monétique, télé-relèves, alarmes, standards à accès RNIS et tous terminaux reliés « aux prises en T » ne répondront plus.


Pour éviter le Big Bang que représenterait la cessation tous azimuts d’une technologie présente sur l’ensemble du territoire et utilisée par plus de 70% des entreprises, l’ARCEP a donné un préavis de cinq ans à Orange qui a depuis livré un calendrier précis des opérations. La cessation se fera par étapes : la fin de la commercialisation des lignes analogiques est programmée pour fin 2018. Celle des lignes RNIS pour fin 2019. Puis, on assistera à la mise hors service de l’ensemble des accès, progressivement par zone géographique, à partir de 2022.


Toute progressive qu’elle soit, cette migration va avoir un fort impact pour les entreprises, multi-sites en particulier. L’anticiper et trouver les meilleures solutions alternatives à mettre en place est donc aujourd’hui une priorité.

 

Infrastructures téléphoniques : tout mettre à plat pour rebondir

 

Pour une entreprise, gérer deux technologies totalement différentes impacterait fortement ses coûts de téléphonie fixe. Afin de ne pas subir de plein fouet cette transformation technologique, cette période de préavis pour le RTC est le moment idéal pour remettre à plat ses infrastructures téléphoniques. Alors par où commencer ?

  • Dresser l’inventaire précis des accès et des usages de l’ensemble de son parc actuel. Cette cartographie des usages permettra, pour chaque accès, de trouver la meilleure solution IP[3]. D’ailleurs, il est fort probable que certains accès ne correspondent plus à aucun usage spécifique, une opération de nettoyage du parc s’imposera alors.
  • Identifier les besoins spécifiques de son entreprise. Les opérateurs, mais également certains intégrateurs, proposent en effet un panel de solutions variées sur IP : de la solution 100% managée dans le cloud du prestataire à une solution intégrée et gérée par l’entreprise, la technologie IP peut s’adapter très finement au besoin de l’entreprise.
  • Anticiper les différents upgrades nécessaires pour faire transiter les flux voix sur le réseau de l’entreprise. Par exemple, pour les entreprises dont les sites distants sont connectés au réseau via un accès ADSL, il sera impératif de migrer vers une solution symétrique (SDSL) car le débit asymétrique ne permettra pas d’assurer la qualité nécessaire pour le transit de la voix.
  • Enfin, envisager également certains usages non présents dans l’entreprise avant la mise en place de la nouvelle architecture. Un environnement IP peut faciliter la mobilité de l’employé via des outils collaboratifs. Par exemple, dans une société où le nombre de terminaux par collaborateur est de plus en plus important (téléphone fixe, téléphone mobile, ordinateur, tablette), un système de communications unifiées en facilitera la gestion. Ces plateformes qui unifient l’ensemble des communications comme la voix, la visioconférence et la messagerie instantanée permettent de collaborer plus efficacement via un indicateur de présence.

 

Des solutions multiples, innovantes et opérationnelles

 

Les systèmes de communication reposant sur une technologie IP permettent de rendre le travail quotidien plus efficace et opérationnel via des fonctionnalités au service du collaborateur. Ainsi, un collaborateur qui bénéficie de l’option click and call peut se mettre en relation téléphonique d’un simple clic sans avoir à composer le numéro. De même, la softphonie (utilisation d’un logiciel pour faire de la téléphonie par Internet via un ordinateur plutôt qu'un téléphone) permet au collaborateur d’avoir accès à sa boîte mail, ses applications métiers, mais également d’émettre et recevoir des appels depuis un seul terminal.


François-Xavier Plantain, senior consultant spécialisé en télécoms chez Ayming,  commente : « La fin du RTC n’est pas une menace mais une réelle opportunité pour les entreprises, notamment les multi-sites. Accompagner le mouvement, dès maintenant, leur permettra d’assainir leur parc et de le redimensionner correctement par rapport aux besoins. Autre aspect positif, le gestionnaire télécoms n’aura pas in fine à gérer plusieurs équipements mais une solution globale pour l’ensemble des sites. Cette mutation technologique aura également un impact sur les budgets télécoms. Car même si les investissements initiaux peuvent être conséquents, les entreprises pourront s’affranchir des coûts d’acquisition et de maintenance du parc des PABX[4]. »


Le développement de ce type de solutions informatiques fiables, sécurisées et communes à l’ensemble des salariés favorise la mobilité et la réactivité des entreprises. Un enjeu de taille dans notre monde en perpétuel mutation !


 

A propos d’Ayming

Ayming est un groupe international leader du conseil en Business Performance, né du rapprochement d’Alma Consulting Group et de Lowendalmasaï, implanté dans 16 pays : Allemagne, Belgique, Canada, Chine, Espagne, France, Hongrie, Grande-Bretagne, Japon, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque. En 2015, le Groupe qui compte près de 1500 collaborateurs a réalisé un chiffre d’affaires de 173 M€.

Ayming apporte aux entreprises un accompagnement stratégique et opérationnel pour faire émerger et développer durablement leur performance globale, dans quatre grands domaines d’expertise : les Ressources Humaines, les Opérations, la Finance et l’Innovation. Les missions d’Ayming résident dans l’accompagnement de la prévention et la gestion des risques (sécuriser), l’optimisation des process, des organisations et des financements (accélérer), le développement des stratégies de croissance et la réallocation des ressources (anticiper).

Ayming est qualifié par l’Office Professionnel pour la Qualification des Conseils en Management, Membre du Syncost et de Consult’in France, certifié ISO 9001 par AFNOR Certification, membre de l’Association des Conseils en innovation (ACI), de la Commission de normalisation de l’AFNOR sur le Management de l’Innovation, de l’Association Technique Energie et Environnement (ATEE) et du Groupement des Professionnels des CEE (GPC2E).

www.ayming.fr

 

 

Contact :

 

Laurence Margoline – Ayming

01 41 49 11 17 – lmargoline@ayming.com



[1] Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes

[2] Réseau numérique à intégration de services

[3] Internet Protocol : téléphonie utilisant le protocole de télécommunications créé pour Internet

[4] Private Automatic Branch Exchange : autocommutateurs téléphoniques privés

Mardi 9 mai 2017 tagAchats
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Autres actualités
  • Lundi 23 novembre 2015
    Les charges locatives de l'immobilier de bureau [Lire le communiqué]
  • Mardi 23 juin 2015
    Pilotage des coûts Télécoms : Quand le suivi quotidien devient source de création de valeur [Lire le communiqué]
  • Jeudi 9 avril 2015
    Accès au marché libéralisé de l’électricité : plus que 9 mois - Démarches à entamer d’urgence pour les entreprises [Lire le communiqué]
  • Mercredi 11 mars 2015
    10 points à retenir pour le passage au marché libéralisé de l’électricité - Précisions d’expert par Cristal Décisions [Lire le communiqué]
  • Mardi 17 février 2015
    Passage au marché libéralisé de l'électricité : plus d'1 entreprise sur 2 n'est pas préparée - Enquête CRISTAL DECISIONS [Lire le communiqué]
Voir tous les communiqués